Login Logout

Howto Apache

Apache est le serveur HTTP le plus utilisé sur le web depuis 1996.

Installation

Nous utilisons la version Apache en mode MPM-ITK depuis des années en production sur de nombreux serveurs critiques. MPM-ITK permet de préciser pour chaque VirtualHost un utilisateur, un groupe et une option MaxClients spécifiques, ce qui est utile pour la sécurité d’un serveur multi-sites.

# apt install apache2 libapache2-mpm-itk libapache2-mod-evasive apachetop libwww-perl

# apache2ctl -V
Server version: Apache/2.4.38 (Debian)
Server built:   2019-08-18T13:34:20
Server's Module Magic Number: 20120211:84
Server loaded:  APR 1.6.5, APR-UTIL 1.6.1
Compiled using: APR 1.6.5, APR-UTIL 1.6.1
Architecture:   64-bit
Server MPM:     prefork
  threaded:     no
    forked:     yes (variable process count)
Server compiled with....
 -D APR_HAS_SENDFILE
 -D APR_HAS_MMAP
 -D APR_HAVE_IPV6 (IPv4-mapped addresses enabled)
 -D APR_USE_SYSVSEM_SERIALIZE
 -D APR_USE_PTHREAD_SERIALIZE
 -D SINGLE_LISTEN_UNSERIALIZED_ACCEPT
 -D APR_HAS_OTHER_CHILD
 -D AP_HAVE_RELIABLE_PIPED_LOGS
 -D DYNAMIC_MODULE_LIMIT=256
 -D HTTPD_ROOT="/etc/apache2"
 -D SUEXEC_BIN="/usr/lib/apache2/suexec"
 -D DEFAULT_PIDLOG="/var/run/apache2.pid"
 -D DEFAULT_SCOREBOARD="logs/apache_runtime_status"
 -D DEFAULT_ERRORLOG="logs/error_log"
 -D AP_TYPES_CONFIG_FILE="mime.types"
 -D SERVER_CONFIG_FILE="apache2.conf"

# systemctl status apache2
● apache2.service - The Apache HTTP Server
   Loaded: loaded (/lib/systemd/system/apache2.service; enabled; vendor preset: enabled)
   Active: active (running) since Thu 2019-10-03 16:00:49 CEST; 5min ago
     Docs: https://httpd.apache.org/docs/2.4/
 Main PID: 7847 (apache2)
    Tasks: 6 (limit: 4915)
   Memory: 9.8M
   CGroup: /system.slice/apache2.service
           ├─7847 /usr/sbin/apache2 -k start
           ├─7848 /usr/sbin/apache2 -k start
           ├─7849 /usr/sbin/apache2 -k start
           ├─7850 /usr/sbin/apache2 -k start
           ├─7851 /usr/sbin/apache2 -k start
           └─7853 /usr/sbin/apache2 -k start

Remarque : Marche aussi en Debian 9.

Pour Debian 8, il faut installer ainsi :

# apt install apache2-mpm-itk libapache2-mod-evasive apachetop libwww-perl

Configuration de base

Fichiers de configuration :

/etc/apache2
├── apache2.conf
├── conf-available/
│   └── X.conf
├── conf-enabled/
│   └── X.conf -> ../conf-available/X.conf
├── envvars
├── magic
├── mods-available/
│   ├── X.load
│   └── X.conf
├── mods-enabled/
│   ├── X.load -> ../mods-available/X.load
│   └── X.conf -> ../mods-available/X.conf
├── ports.conf
├── sites-available/
│   ├── 000-default.conf
│   ├── default-ssl.conf
│   └── X.conf
└── sites-enabled/
│   ├── 000-default.conf -> ../sites-available/000-default.conf
    └── X.conf -> ../sites-available/X.conf

La configuration principale se trouve dans le fichier /etc/apache2/apache2.conf qui inclut de nombreux fichiers séparés.

Nous activons toujours au minimum les modules suivants :

# a2enmod rewrite expires headers rewrite cgi

Le fichier /etc/apache2/conf-available/z-evolinux-defaults.conf contient nos optimisations basiques :

ServerTokens Prod
Timeout 10
KeepAliveTimeout 2
MaxKeepAliveRequests 10
ServerLimit 250
#MaxClients 250
MaxRequestWorkers 250
StartServers 50
MinSpareServers 20
MaxSpareServers 30
MaxRequestsPerChild 100
<Directory /home/>
    AllowOverride None
    # Equivalent à "Require not env GoAway"
    Require expr "-z %{reqenv:GoAway}"
</Directory>
<IfModule mod_ssl.c>
SSLProtocol all -SSLv2 -SSLv3
SSLCipherSuite HIGH:MEDIUM:!aNULL:!MD5:!RC4
</IfModule>

que l’on active à l’installation via la commande :

# a2enconf z-evolinux-defaults.conf

Le fichier /etc/apache2/ipaddr_whitelist.conf centralise les adresses IP privilégiées, on peut ainsi utiliser Include ipaddr_whitelist.conf à différents endroits dans la configuration d’Apache sans dupliquer ces adresses :

Require ip 192.0.2.42

Pour la gestion des droits on ajoute dans le fichier /etc/apache2/envvars :

umask 007

Et pour éviter les erreurs liés à la limite de fichiers ouverts trop basse on ajoute dans le fichier /etc/apache2/envvars :

APACHE_ULIMIT_MAX_FILES='ulimit -n 65536'

Valider la configuration

Avant de redémarrer le serveur, vérifier que vous n’ayez pas introduit des erreurs de syntaxes dans la configuration :

# apache2ctl configtest
Syntax OK

VirtualHost

Le terme VirtualHost correspond à la séparation de plusieurs sites sur un même serveur HTTP. Apache permet d’avoir des VirtualHost basés sur des noms de domaine différents (ou des adresses IP différentes).

Exemple d’un VirtualHost basé sur un nom de domaine via /etc/apache2/sites-available/example.conf :

<VirtualHost *:80>
    ServerName www.example.com
    ServerAlias example.com

    DocumentRoot /home/example/www/
    <Directory /home/example/www/>
        Options SymLinksIfOwnerMatch
        AllowOverride AuthConfig Limit FileInfo Indexes
    </Directory>

    ScriptAlias /cgi-foo /usr/lib/cgi-bin/
    <Directory /usr/lib/cgi-bin/>
        Options +ExecCGI -MultiViews
        AllowOverride None

        AuthType Basic
        AuthName "Restricted"
        AuthUserFile /home/example/.htpasswd
        require valid-user

        Include ipaddr_whitelist.conf
        Require ip 192.0.2.43
    </Directory>

    AssignUserID www-example example
    MaxClientsVHost 150

    CustomLog /var/log/apache2/access.log vhost_combined
    CustomLog /home/example/log/access.log combined
    ErrorLog  /home/example/log/error.log

    RewriteEngine On
    UseCanonicalName On
    RewriteCond %{HTTP_HOST} !^www.example.com$
    RewriteRule ^/(.*) http://%{SERVER_NAME}/$1 [L,R]

</VirtualHost>
# vim: set filetype=apache expandtab shiftwidth=4 softtabstop=4 tabstop=4 :
# adduser example
# adduser --ingroup example www-example
# mkdir /home/example/{www,log,awstats} && chown example: /home/example/{www,log,awstats}
# a2ensite example

En cas de gestion de multiples VirtualHost nous utilisons l’interface web https://forge.evolix.org/projects/evoadmin-web

Gestion des droits

Séparation complète des VirtualHost

L’utilisation d’Apache avec MPM-ITK nous permet d’utiliser des utilisateurs/groupes Unix distincts pour chaque VirtualHost. Il est donc impossible pour un utilisateur d’accéder en lecture à des fichiers d’un autre site, même si un langage dynamique comme PHP est utilisé.

# chmod 750 /home/example

Restriction en écriture pour Apache

Par défaut on souhaite donner uniquement un droit de lecture à Apache, sauf sur certains répertoires du type uploads/, cache/, etc. On utilise pour cela un utilisateur distinct pour Apache (www-example) et la gestion du code via FTP/SSH/SFTP/SCP/RSYNC (example), le groupe étant identique. Ainsi on donnera la permission g+w pour les répertoires nécessitant un droit en écriture pour Apache. Les fichiers uploadés via Apache auront des permissions adéquats (g+rwX) pour être lus/modifiés/effacés via FTP/SSH/SFTP/SCP/RSYNC (l’opération chmod est impossible mais n’est pas nécessaire car le umask d’Apache est forcé à 007).

# echo "umask 027" >> /etc/profile
# find /home/example -type f -user www-example -exec chmod 660 {} \;
# find /home/example -type d -user www-example -exec chmod 770 {} \;

Attention, il ne faut jamais forcer les droits récursivement sur toute l’arborescence. Si la restriction en écriture pour Apache est impossible à gérer, on n’utilisera pas d’utilisateur distinct en indiquant AssignUserID example example ce qui éliminera 100% des problèmes de droits (mais pose des problèmes de sécurité).

SSL

Apache peut gérer des connexions sécurisées via HTTPS.

# a2enmod ssl

Il faut alors générer une clé privée et un certificat auto-signé ou délivré par une autorité de certification.

Voir HowtoSSL

Exemple pour générer un certificat auto-signé :

# openssl req -newkey rsa:2048 -sha256 -nodes -keyout private.key -out demande.csr
# openssl x509 -req -days 3650 -sha256 -in demande.csr -signkey private.key -out certificate.crt
# mv private.key /etc/ssl/private/ && chown root:ssl-cert /etc/ssl/private/private.key && chmod 640 /etc/ssl/private/private.key
# mv certificate.crt /etc/ssl/certs/ && chown root:root /etc/ssl/certs/certificate.crt && chmod 644 /etc/ssl/certs/certificate.crt

La configuration d’un VirtualHost pour HTTPS pourra ainsi ressembler à :

<VirtualHost *:80 *:443>
    ServerName secure.example.com
    ServerAlias www.example.com example.com

    SSLEngine on
    SSLProtocol all -SSLv2 -SSLv3
    SSLCertificateKeyFile /etc/ssl/private/private.key
    SSLCertificateFile /etc/ssl/certs/certificate.crt
    #SSLCertificateChainFile /etc/ssl/certs/certificates_chain.pem

    RewriteEngine On
    RewriteCond %{HTTPS} !=on
    RewriteCond %{HTTP:X-Forwarded-Proto} !=https
    RewriteCond %{HTTP_HOST} !^secure.example.com$
    RewriteRule ^/(.*) https://%{SERVER_NAME}/$1 [L,R=permanent]
</VirtualHost>

Pour une configuration avancée des paramètres SSL, voir HowtoSSL#configuration-apache

Note : la syntaxe <VirtualHost *:80 *:443> n’est possible qu’à partir de Debian 8.

Codes d’erreurs :

SSL_ERROR_RX_RECORD_TOO_LONG = possible que la résolution IPv6 ne se fait pas correctement.

SSL Client

Il est aussi possible de faire du SSL client pour authentifier celui-ci. Pour cela vous devez avoir une CA en mesure d’émetre des certificats SSL pour vos clients. Vous pouvez utiliser notre outil Shellpki

Pré-requis : Le vhost doit être en SSL.

On va alors ajouter les directives suivante dans le(s) vhosts qui doivent faire de l’authentification client :


        # SSL Client, CA example.net
        SSLCACertificateFile   /etc/ssl/certs/example.net_CA_R01.pem
        #SSLCARevocationFile   /etc/ssl/crl/example.net_CA_R01.pem
        SSLVerifyClient        require
        SSLVerifyDepth         1

Explication rapide des directives :

  • SSLCACertificateFile : Chemin vers le certificat faisant autorité
  • SSLCARevocationFile : Chemin vers la liste de révocation
  • SSLVerifyClient :
    • require : Le client doit présenter un certificat valide
    • optional : Le client peut présenter un certificat valide
    • none : Le client n’as pas à présenter un certificat valide
  • SSLVerifyDepth : La profondeur de vérification

Après, au travers de la configuration, on a accès aux variables donnant des informations sur le certificat client. On peut ainsi faire facilement des autorisations avec des expressions régulières pour autoriser un groupe de client selon le CN du certificat :

    Require expr "%{SSL_CLIENT_S_DN_CN} =~ /.*\.france\.example\.net/"

Voir la documentation du module SSL d’Apache

Logs

https://httpd.apache.org/docs/2.4/fr/logs.html

La directive CustomLog permet de définir le journal des accès ; plusieurs formats existent : combined, common, vhost_combined, etc. Cette directive peut être utilisée plusieurs fois, il y aura plusieurs fichiers de logs différents.

CustomLog log/global_access.log vhost_combined
CustomLog log/access.log combined

Si besoin, on peut ignorer certaines requêtes HTTP ainsi :

SetEnvIf User-Agent "Foo" dontlog
CustomLog log/access.log combined env=!dontlog

La directive ErrorLog permet de définir le journal d’erreurs Apache.

ErrorLog  log/error.log

Logué la taille de la requête et le temps d’exécution

Si l’on veut loguer, dans un log séparé, la taille de la requête et le temps d’exécution par Apache de cette requête, on peut créer une configuration apache avec le LogFormat suivant, dans /etc/apache2/conf-available/access-log-time.conf :

LogFormat "%h %t \"%r\" %B %D" measure-time

Et mettre dans le vhost concerné le CustomLog suivant :

CustomLog /home/example/log/access_log_time.log measure-time

Ainsi nous aurons ces infos : IP client, date, la requête, taille de la réponse en octet, temps de réponse en microsecondes.

Configuration avancée

mod_deflate

La compression des fichiers HTML/TXT/XML/CSS/JS/RSS en GZIP se fait désormais par défaut car le module mod_deflate est activé dès l’installation.

Voici ses paramètres par défaut :

<IfModule mod_deflate.c>
    <IfModule mod_filter.c>
        AddOutputFilterByType DEFLATE text/html text/plain text/xml text/css
        AddOutputFilterByType DEFLATE application/x-javascript application/javascript application/ecmascript
        AddOutputFilterByType DEFLATE application/rss+xml
        AddOutputFilterByType DEFLATE application/xml
    </IfModule>
</IfModule>

On conseille d’ajouter :

AddOutputFilterByType DEFLATE image/svg+xml
AddOutputFilterByType DEFLATE text/javascript
AddOutputFilterByType DEFLATE application/json

mod_log_forensic

Le module log_forensic trace les entêtes de chaque requête. C’est particulièrement pratique pour comprendre si un proxy envoie bien les bons en-têtes… et dans quel ordre les réponses sont renvoyées par rapport aux requêtes (grâce à des identificants uniques).

# a2enmod log_forensic
# systemctl restart apache2

Il faut ensuite activer par VHost :

<VirtualHost>
[…]
ForensicLog  /pat/to/log/forensic.log
[…]
</VirtualHost>

mod_proxy_http

Le module proxy permet d’utiliser Apache en tant que proxy, notamment reverse-proxy HTTP :

# a2enmod proxy_http

Exemple avec un service HTTP local :

ProxyPreserveHost On
ProxyPass /foo/ http://127.0.0.1:8080/bar
ProxyPassReverse /foo/ http://127.0.0.1:8080/bar
<Proxy *>
    Require all granted
</Proxy>

Exemple avec un service HTTP distant (pratique pour une migration immédiate d’un serveur vers un autre) :

ProxyPreserveHost On
ProxyPass / http://192.0.2.17/
ProxyPassReverse / http://192.0.2.17/
<Proxy *>
    Require all granted
</Proxy>

et pour un HTTPS distant, on ajoute SSLProxyEngine On :

SSLProxyEngine On
ProxyPreserveHost On
ProxyPass / https://192.0.2.17/
ProxyPassReverse / https://192.0.2.17/
<Proxy *>
    Require all granted
</Proxy>

S’il y a besoin d’appliquer des règles spécifiques tel que des Alias avant que les requêtes soient proxifiés:

Alias /dossier/ /home/$USER/dossier/
<Directory /home/$USER/dossier/>
   Options +SymLinksIfOwnerMatch +Indexes
   Require all granted
</Directory>

ProxyPreserveHost On
ProxyPassMatch ^/dossier !
ProxyPass / http://127.0.0.1:3504/
ProxyPassReverse / http://127.0.0.1:3504/

mod_rpaf / mod_remoteip

Le module mod_remoteip(mod_rpaf en Wheezy) permet d’utiliser la 1ère adresse IP située dans un entête HTTP type X-Forwarded-For pour les logs Apache et directives “Require” demod_authz_host.

Voici un exemple d’utilisation en Wheezy pour un reverse-proxy avec l’adresse IP 192.0.2.10 :

# apt install libapache2-mod-rpaf
# cat /etc/apache2/mods-enabled/rpaf.conf
<IfModule rpaf_module>
RPAFenable On
RPAFsethostname On
#RPAFheader X-Forwarded-For
RPAFproxy_ips 127.0.0.1 192.0.2.10
</IfModule>

Note : bien mettre l’IP du reverse-proxy dans RPAFproxy_ips

Voici un exemple d’utilisation en Stretch pour un reverse-proxy avec le réseau 172.131.0.0/16 :

# a2enmod remoteip
# cat /etc/apache2/conf-available/zzz-evolinux-custom.conf
RemoteIPHeader X-Forwarded-For
RemoteIPInternalProxy 172.31.0.0/16

# systemctl reload apache2

Attention, sur Debian 9 (Stretch, Apache < 2.4.38), si l’IP 127.0.0.1 est logguée par Apache à la place de celle du client, ajoutez l’IP 127.0.0.1 à la directive RemoteIPInternalProxy.

Note : Le traitement effectué par remoteip “vide” le header X-Forwarded-For. Les IP intermédiaires des proxy listés avec la directive RemoteIPInternalProxy seront retirées (comme si on “dépile”). Pour une application en PHP. Il est donc possible que le header ne soit plus présent. L’IP du visiteur sera directement récupérable via $_SERVER['REMOTE_ADDR']

Attention au niveau des logs cela ne suffit pas. L’astuce est de modifier le LogFormat, en remplaçant %h par %a :

# cat /etc/apache2/conf-available/zzz-evolinux-custom.conf

LogFormat "%v:%p %a %l %u %t \"%r\" %>s %O \"%{Referer}i\" \"%{User-Agent}i\"" vhost_combined
LogFormat "%a %l %u %t \"%r\" %>s %O \"%{Referer}i\" \"%{User-Agent}i\"" combined
LogFormat "%a %l %u %t \"%r\" %>s %O" common

Voici une configuration complète fonctionnelle pour une série de proxy sur des IP externes :

<IfModule remoteip_module>
    RemoteIPHeader X-Forwarded-For
    RemoteIPTrustedProxy 1.2.3.4/32
    RemoteIPTrustedProxy 1.2.3.5/32

    LogFormat "%v:%p %a %l %u %t \"%r\" %>s %O \"%{Referer}i\" \"%{User-Agent}i\"" vhost_combined
    LogFormat "%a %l %u %t \"%r\" %>s %O \"%{Referer}i\" \"%{User-Agent}i\"" combined
    LogFormat "%a %l %u %t \"%r\" %>s %O" common
</IfModule>

mod_xsendfile

Le module xsendfile permet de rediriger l’envoi d’un fichier vers Apache via un Header HTTP, notamment utilisé pour servir des fichiers via Apache tout en permettant de gérer le contrôle d’accès via une application web.

# apt install libapache2-mod-xsendfile

Pour autoriser son utilisation via .htaccess, on ajoute Options à AllowOverride.

mod_negotiation

Le module negotiation permet de servir des documents en fonction de critère, notamment la langue acceptée par le client HTTP.

# a2enmod negotiation include alias

Vous pouvez éditer le fichier /etc/apache2/conf-enabled/localized-error-pages.conf qui permet d’afficher des pages d’erreur en différentes langues, et décommenter cette partie :

Exemple avec un service HTTP local :

<IfModule mod_negotiation.c>
   <IfModule mod_include.c>
       <IfModule mod_alias.c>

           Alias /error/ "/usr/share/apache2/error/"

           <Directory "/usr/share/apache2/error">
               Options IncludesNoExec
               AddOutputFilter Includes html
               AddHandler type-map var
               Require all granted
               LanguagePriority en cs de es fr it nl sv pt-br ro
               ForceLanguagePriority Prefer Fallback
           </Directory>

           ErrorDocument 400 /error/HTTP_BAD_REQUEST.html.var
           ErrorDocument 401 /error/HTTP_UNAUTHORIZED.html.var
           ErrorDocument 403 /error/HTTP_FORBIDDEN.html.var
           ErrorDocument 404 /error/HTTP_NOT_FOUND.html.var
           ErrorDocument 405 /error/HTTP_METHOD_NOT_ALLOWED.html.var
           ErrorDocument 408 /error/HTTP_REQUEST_TIME_OUT.html.var
           ErrorDocument 410 /error/HTTP_GONE.html.var
           ErrorDocument 411 /error/HTTP_LENGTH_REQUIRED.html.var
           ErrorDocument 412 /error/HTTP_PRECONDITION_FAILED.html.var
           ErrorDocument 413 /error/HTTP_REQUEST_ENTITY_TOO_LARGE.html.var
           ErrorDocument 414 /error/HTTP_REQUEST_URI_TOO_LARGE.html.var
           ErrorDocument 415 /error/HTTP_UNSUPPORTED_MEDIA_TYPE.html.var
           ErrorDocument 500 /error/HTTP_INTERNAL_SERVER_ERROR.html.var
           ErrorDocument 501 /error/HTTP_NOT_IMPLEMENTED.html.var
           ErrorDocument 502 /error/HTTP_BAD_GATEWAY.html.var
           ErrorDocument 503 /error/HTTP_SERVICE_UNAVAILABLE.html.var
           ErrorDocument 506 /error/HTTP_VARIANT_ALSO_VARIES.html.var
       </IfModule>
   </IfModule>
</IfModule>

mod_geoip

Ce module permet de pouvoir traiter différemment des visiteurs par rapport à leur pays d’origine directement depuis la configuration d’Apache. Il utilise pour cela la base GeoIP de Maxmind.

# apt install geoip-database-extra libapache2-mod-geoip

Note: geoip-database-contrib (dans les dépots contrib) va installer un cron qui va mettre à jour les fichiers de la base GeoIP. Ces fichiers de base se trouvent dans /usr/share/GeoIP/

Quand on va avoir besoin de GeoIP, il faut penser à l’activer dans le(s) fichier(s) de confs

<IfModule mod_geoip.c>
    GeoIPEnable On
    GeoIPDBFile /usr/share/GeoIP/GeoIP.dat
</IfModule>

De là, le pays d’origine du visiteur, ainsi que d’autres informations sont placées dans des variables d’environnement utilisables dans le VHOST.

Exemple : Autoriser que les visiteurs venant de France pour un accéder à un dossier précis :

<Directory /var/www/foo/bar>
    Require expr %{GEOIP_COUNTRY_CODE } == 'FR'
</Directory>

Faire une redirection suivant le pays :

RewriteEngine on
RewriteCond %{ENV:GEOIP_COUNTRY_CODE} ^FR$
RewriteRule ^(.*)$ https://www.example.fr$1 [R,L]

La documentation complète du module est là Pour plus d’info, il y a la documentation complète du module

mod_davfs

Ce module permet de prendre en charge WebDAV.

Pour l’activer :

# a2enmod davfs

Ensuite pour activer le module, il suffit de rajouter Dav On dans le virtualhost voulu.

Exemple de vhost :

<VirtualHost *:443>

    ServerName dav.example.com

    DocumentRoot /home/webdav/
    <Directory "/home/webdav/">
        Dav On

        AuthType Basic
        AuthName DAV
        AuthUserFile "/etc/apache2/webdav.htpasswd"
        Require valid-user
    </Directory>

    ErrorLog ${APACHE_LOG_DIR}/dav_error.log
    CustomLog ${APACHE_LOG_DIR}/dav_access.log combined

    SSLEngine on
    SSLCertificateFile  /etc/ssl/certs/ssl-cert-snakeoil.pem
    SSLCertificateKeyFile /etc/ssl/private/ssl-cert-snakeoil.key
</VirtualHost>

mod_qos

http://mod-qos.sourceforge.net/

Le module qos (Quality of Service) est un module de qualité de service pour le serveur Web Apache mettant en œuvre des mécanismes de contrôle qui peuvent fournir différents niveaux de priorité à différentes requêtes HTTP.

mod_qos peut être utilisé pour déterminer quelles requêtes doivent être traitées et lesquelles ne doivent pas l’être afin de ne pas avoir une surcharge sur les ressources du serveur Apache.

Le module collecte différents attributs tels que l’URL de demande, les en-têtes de demande et de réponse HTTP, l’adresse IP source, les codes de pays, le code de réponse HTTP, les données d’historique (basées sur la session utilisateur et l’adresse IP source), le nombre de demandes simultanées au serveur (total ou requêtes ayant des attributs similaires), le nombre de connexions TCP simultanées (totales ou à partir d’une seule IP source), etc…

Dans une configuration simple on peux utilisé les variables suivantes :

<IfModule qos_module>
QS_SrvRequestRate   120
QS_SrvMaxConn      150
QS_SrvMaxConnClose     200
QS_SrvMaxConnPerIP     20
</IfModule>

QS_SrvRequestRate permet d’appliquer un débit de téléchargement minimal en lecture uniquement (en octet/sec) QS_SrvMaxConn limites de connexion par virtual host QS_SrvMaxConnClose permet un support keep-alive jusqu’à ce que le serveur atteigne n connexions QS_SrvMaxConnPerIP autorise n connexion par adresse ip

Si l’on veux mettre en liste blanche une ip bien précise on peux le faire avec la configuration suivante (remplacer $IP par la bonne valeur) :

SetEnvIf Remote_Addr $IP QS_VipRequest=yes

Autorisations

Historiquement Apache, utilisait les directives Order, Allow, Deny, et Satisfy pour définir les autorisations des ressources qu’il fournissait. Depuis la version 2.4 ces directives sont dépréciées, il ne faut donc plus les utiliser ; bien qu’elles soient toujours utilisables via le module mod_access_compat. Ces quatres directives sont remplacées par Require fournies par le module mod_authz_host ; la migration sommaire d’un module à l’autre est décrit dans la release note 2.4.

/!\ Il ne faut jamais mélanger d’anciennes directives comme Order, Allow ou Deny avec des nouvelles comme Require, car le comportement n’est pas défini ce qui vous emenera dans du deboguage interminable. /!\

Voici quelques exemples d’utilisation de la directive Require :

# Autoriser l'accès à tout le monde
Require all granted
# Interdire l'accès à tout le monde
Require all denied
# Limiter l'accès à une IP
Require ip 192.0.2.21
# Autoriser l'accès local
Require local
# Autoriser une IP ou un utilisateur valide
AuthType Basic
AuthBasicProvider file
AuthUserFile /foo/.htpasswd
Require valid-user
Require ip 192.0.2.21
# Bloquer une IP spécifique
<RequireAll>
    Require all granted
    Require not ip 192.0.2.21
</RequireAll>

Authentification HTTP

HTTP Basic Authentication (mod_auth_basic)

Basic est la méthode d’authenfication HTTP la plus simple et la plus répandue. La configuration se fait via VirtualHost ou .htaccess :

AuthType Basic
AuthName "Restricted"
AuthUserFile /foo/.htpasswd
AuthGroupFile /dev/null
require valid-user

La gestion du fichier .htpasswd se gère via la commande htpasswd.

Pour créer l’utilisateur foo :

$ htpasswd /foo/.htpasswd foo
New password: 
Re-type new password: 
Adding password for user foo

HTTP Digest Authentication (mod_auth_digest)

Il est possible d’utiliser la méthode d’authentification Digest plutôt que Basic en activant le module :

# a2enmod auth_digest

La configuration est quasi-identique au type Basic :

AuthType Digest
AuthName "Restricted"
AuthUserFile /foo/.htpasswd
Require valid-user

La gestion du fichier .htpasswd se gère alors via la commande htdigest.

Authentification via LDAP (mod_authnz_ldap)

# a2enmod authnz_ldap

Voici un exemple de configuration :

AuthBasicProvider ldap
AuthName "Restricted"
AuthType Basic
AuthLDAPURL ldaps://ldap.example.com/ou=people,dc=example,dc=com?uid?one?(filter)
Require valid-user

Note : pour utiliser ldaps avec un certificat non reconnu par le système, il faut ajouter la directive suivante dans la configuration globale d’Apache LDAPVerifyServerCert off.

Rewrite Rules

On doit mettre la valeur de la directive suivante pour activer les règles de réécriture :

RewriteEngine On

Voici quelques exemple de règles de redirections:

# rediriger la page d'accueil avec un code 301
RedirectPermanent / http://new.example.com

# rediriger n'importe quelle requête en conservant le chemin
RedirectMatch ^/(.*)$ http://new.example.com/$1

# rediriger la page d'accueil vers un autre chemin
RedirectMatch ^/$ /sub/

# rediriger n'importe quelle requête en conservant le chemin avec des exceptions
RewriteCond %{REMOTE_ADDR} !^192\.0\.2\.129
RewriteRule ^/(.*) http://new.example.com/$1 [L,R=permanent]

# rediriger vers HTTPS sauf pour certaines requetes
RewriteCond %{HTTPS} !=on
RewriteCond %{HTTP:X-Forwarded-Proto} !=https
RewriteCond %{REQUEST_URI} !^/.well-known/pki-validation/
RewriteRule ^/(.*) https://%{SERVER_NAME}/$1 [L,R]

# le drapeau NC permet de ne pas tenir compte de la casse
RewriteRule ^/FoO.tXt /sub/ [L,R,NC]

# empêcher des requêtes POST sur une URL particulière
RewriteCond %{REQUEST_METHOD} POST
RewriteRule ^/foo.txt [L,F]

# rediriger vers HTTPS dans un VirtualHost mixte HTTP/HTTPS
RewriteCond %{HTTPS} !=on
RewriteRule ^/(.*) https://%{SERVER_NAME}/$1 [L,R=permanent]

# mettre un site en maintenance (code 503) avec des exceptions
RewriteCond %{REMOTE_ADDR} !^192\.0\.2\.129
RewriteRule ^.*$ / [R=503,L]
ErrorDocument 503 "Maintenance temporaire, veuillez patienter. Merci."
#ErrorDocument 503 http://maintenance.evolix.org/
#Header Set Cache-Control "no-cache, no-store"
#Header Set Pragma "no-cache"

# Rediriger un sous-domaine *-app.domaine.tld vers *.domaine.tld :
RewriteCond %{HTTP_HOST} ^(.*)-app.domaine.tld$
RewriteRule ^/(.*)$ https://%1.domaine.tld/$1 [R]

# Afficher une page de maintenance si elle existe et le contenu du site s'affiche pour ceux ayant l'IP spécifié.
RewriteCond %{REMOTE_ADDR} !^123\.456\.X\.X
RewriteCond %{DOCUMENT_ROOT}/maintenance.html -f
RewriteCond %{SCRIPT_FILENAME} !maintenance.html
RewriteRule ^.*$ /maintenance.html [R=503,L]
ErrorDocument 503 /maintenance.html
Header Set Cache-Control "max-age=0, no-store"

# Rediriger sur une page sans ses paramètres et valeurs.
RewriteCond %{REQUEST_URI} ^/index\.php$
RewriteCond %{QUERY_STRING} ^parametre=valeur$
RewriteRule (.*) /page-destination [QSD,R=301,L]

# Substituer un caractère (tel que page.php/ en page.php? ) :
RewriteCond %{REQUEST_URI} (.*page.php)\/(key=.*)
RewriteRule (.*) /%1?%2 [QSD,R=301,L]

Pour supprimer un Query String avec une Rewrite Rule : https://www.philipphoffmann.de/blog/2012/08/16/how-to-discard-the-query-string-in-a-rewriterule-apache-mod_rewrite/

Redirection https

Dans le cas où le serveur n’écoute que sur le port 80, derrière un proxy qui fait la terminaison SSL mais ne gère pas les redirections (exemple Amazon ELB), on peut forcer la redirection directement dans Apache en utilisant la valeur de l’en-tête X-Forwarded-Proto :

RewriteEngine On
RewriteCond %{HTTPS} !=on
RewriteCond %{HTTP:X-Forwarded-Proto} !=https
RewriteRule ^ https://%{HTTP:Host}%{REQUEST_URI} [L,R=permanent]

Conditions

À partir de la version Apache 2.4, on peut utiliser des conditions pour l’application des directives (l’imbrication de multiples n’est disponible que pour les versions >= 2.4.26).

<If "%{HTTP_HOST} == 'test.example.com'">
    SetEnv APP_ENV "test"
</If>
<If "%{HTTP_QUERY} =~ /wp-admin*/">
...
</If>

Expressions possibles : https://httpd.apache.org/docs/2.4/expr.html

Attaques DOS (Denial Of Service) ou XSS

mod_evasive

Le module mod_evasive permet de limiter certaines attaques DoS en limitant l’accès à une ou plusieurs pages par un temps de banissement d’une IP source. Par défaut, nous ajustons la configuration de façon à ce que si une adresse IP accède plus de 5 fois à la même page en 30s, ou à plus de 30 requêtes sur tout le site en 1s, il sera banni (erreur HTTP 403) pendant 60s. Une notification sera alors envoyée à syslog et par email.

Dans la configuration de mod_evasive (dans /etc/apache2/conf-enabled/) :

<IfModule mod_evasive20.c>
    DOSHashTableSize    3097
    # Si une adresse IP accède plus de 5 fois à la même page en 30s
    DOSPageCount        5
    DOSPageInterval     30
    # Si une adresse IP accède plus de 30 fois le site en 1s
    DOSSiteCount        30
    DOSSiteInterval     1
    DOSBlockingPeriod   60
    DOSEmailNotify      security@example.com
</IfModule>

Attention, pour certains sites avec de nombreuses ressources statiques sur le même serveur HTTP, il faut souvent désactiver mod_evasive pour éviter des faux-positifs et ne l’utiliser qu’en cas d’attaques récurrentes.

On peut mettre en liste blanche une ip ou une plage d’ip, pour que le mod_evasive ignore les requêtes venant de ceux-ci :

DOSWhitelist 192.168.2.*
DOSWhitelist 192.168.7.*
DOSWhitelist 192.168.1.*
DOSWhitelist 192.168.8.*

N.B. : si on veut ignorer plusieurs IP, il faut ajouter des lignes.

On peut aussi utiliser un wildcard * peut être autorisé sur les 3 derniers octets, si nécessaire.

Pour “désactiver” mod_evasive spécifiquement pour un vhost :

<IfModule mod_evasive20.c>
    DOSBlockingPeriod 0
</IfModule>

Fail2Ban

Fail2Ban est indépendant d’Apache, mais peut être utilisé pour de la détection plus précise que mod_evasive : il va lire en permanence les journaux générés par Apache (ce qui peut être coûteux en ressources) et il pourra bannir des adresses IP si cela répond à certaines règles comme trop de connexions à une page d’authentification par exemple.

Voir https://wiki.evolix.org/HowtoFail2Ban#apache-nginx

ModSecurity

L’utilisation du moteur ModSecurity permet de bloquer certaines requêtes HTTP (injections SQL, attaques XSS connues, etc.) au niveau d’Apache. On l’installe avec le OWASP ModSecurity Core Rule Set (CRS) qui est un ensemble de règles couvrant un large spectre d’attaques possibles. Elles sont définit dans le dossier /usr/share/modsecurity-crs/rules/

Faisant office de Pare-feu applicatif, le contenu des demandes clients ET les réponses serveurs sont analysés à la recherche de signes d’attaques pouvant générer de faux-positifs. Il faudra par la suite ajuster les réglages en fonction du niveau de sécurité que l’on veut appliquer à l’application.

Il y aura besoin de ces deux paquets:

# apt install libapache2-mod-security2 modsecurity-crs

Nous faisons une configuration minimale via /etc/apache2/conf-available/modsecurity.conf :

<IfModule mod_security2.c>

# Activation du moteur gérant les règles CRS
SecRuleEngine On

## Les demandes produit par le client
# Activation de l'analyse du contenu
SecRequestBodyAccess On
# Taille limite du contenu en octets
#SecRequestBodyLimit 134217728
# Taille maximale du contenu en mémoire et déplacé sur le disque si besoin
#SecRequestBodyInMemoryLimit 131072
# Emplacement sur le disque de données temporaires
SecTmpDir /tmp

## Les réponses produite par le serveur
# Activation de l'analyse du contenu
SecResponseBodyAccess Off
# Taille maximale du contenu en mémoire et déplacé sur le disque si besoin
#SecResponseBodyLimit 524288
# Autoriser les réponses de ces types
SecResponseBodyMimeType (null) text/html text/plain text/xml

# Changer l'entête HTTP "Server: Apache"
#SecServerSignature "Apache/2.2.0 (Fedora)"

# Emplacement des fichiers suspicieux envoyé au serveur
SecUploadDir /tmp
# Conserver les fichiers interceptés
SecUploadKeepFiles Off
# Emplacement des données persistantes (données d'adresse IP, données de sessions, etc)
SecDataDir /tmp

# Action par défaut
SecDefaultAction "log,auditlog,deny,status:406,phase:2"

# Activer le réglage fin du moteur
SecAuditEngine Off
# Définis quels codes HTTP doivent être enregistrés dans les logs
#SecAuditLogRelevantStatus "^[45]"
# Utiliser un seul fichier de log
SecAuditLogType Serial
# Emplacement du fichier de log
SecAuditLog /var/log/apache2/modsec_audit.log
# Définis les types de métadonnées qui seront conservés
SecAuditLogParts "ABIFHZ"

# Définis l'argument utilisé pour séparer les URL encodés
#SecArgumentSeparator "&"
# Définis le format du cookie
SecCookieFormat 0
# Emplacement du fichier de debug
SecDebugLog /var/log/apache2/modsec_debug.log
# On définit pas de log
SecDebugLogLevel        0

#########
# RULES
#########

# Removed because it does not play well with apache-itk
# Can be removed when modsecurity 2.9.3 hits debian
# See https://github.com/SpiderLabs/ModSecurity/issues/712
SecRuleRemoveById "910000-910999"
SecRuleRemoveById "920000"
SecRuleRemoveById "930000"

</IfModule>

À propos des directives Apache

Nous désactivons le log d’audit par défaut, puisque l’information enregistrée dans le log d’erreur Apache est suffisante pour connaître la raison d’un bloquage. Par contre, il est utile de le réactiver (avec SecAuditEngine RelevantOnly) lorsque vous faites un audit des règles applicables a un serveur ou lors de la rédaction de nouvelles règles. Dans ce cas, il existe des outils pour faciliter l’obtention de statistiques du audit log.

On peut ajuster certains paramètres de ModSecurity Core Rule Set en personalisant le fichier /etc/modsecurity/crs/crs-setup.conf. C’est notamment ici qu’il faudra ajuster si on utilise d’autres méthodes HTTP (comme PATCH, PUT, DELETE…) qui sont bloquées par défaut.

On pourra désactiver modsecurity dans des vhosts ou sur des dossiers en particulier en jouant avec la directive SecRuleEngine Off. Ceci peut être utile en cas de problèmes, mais il est toujours mieux de faire un léger audit afin d’identifier les règles problématiques et les désactiver avec SecRuleRemoveById XXXX, comme nous le faisont avec les règles 910*.

<Directory "/home/monsite/www/wp-admin">
    <IfModule security2_module>
        SecRuleEngine Off
    </IfModule>
</Directory>

Le ModSecurity Core Rule Set contient des règles spécifiques pour traité les faux positifs lié à l’utilisation de certaines applications web tel que wordpress. Celles-ci sont désactivé par défaut et peuvent être activé en définissant certaines variables de modsecurity. Un exemple est présent dans le dépot git de ModSecurity Core Rule Set:

#SecAction \
# "id:900130,\
#  phase:1,\
#  nolog,\
#  pass,\
#  t:none,\
#  setvar:tx.crs_exclusions_cpanel=1,\
#  setvar:tx.crs_exclusions_dokuwiki=1,\
#  setvar:tx.crs_exclusions_drupal=1,\
#  setvar:tx.crs_exclusions_nextcloud=1,\
#  setvar:tx.crs_exclusions_phpbb=1,\
#  setvar:tx.crs_exclusions_phpmyadmin=1,\
#  setvar:tx.crs_exclusions_wordpress=1,\
#  setvar:tx.crs_exclusions_xenforo=1"

Awstats

AWStats est un outil pour générer des statistiques en fonction d’un fichier de logs.

Voir https://wiki.evolix.org/HowtoLAMP/AwStats

Note : une configuration AWStats peut être forcée au sein d’un VirtualHost grâce à la directive SetEnv AWSTATS_FORCE_CONFIG example

Les stats sont accessible via l’url : http://mondomaine.com/cgi-bin/awstats.pl

Monitoring

log2mail

Pour être alerté en cas de Segmentation fault, on ajoute la configuration suivante au logiciel log2mail :

file = /var/log/apache2/error.log
  pattern = "Segmentation fault"
  mailto = alert@example.com
# adduser log2mail adm
# servicectl restart log2mail

apachetop

L’indispensable apachetop permet de surveiller en direct l’activité d’Apache via un fichier d’access_log (format combined) :

$ apachetop -f access.log -T 3600 -q

On peut alors visualiser les URLs les plus sollicitées (querystrings inclus grâce à l’option -q), et switcher à l’aide de la touche d pour voir les adresses IP source ; à l’aide de la touche n pour voir la répartition en codes HTTP 2xx/3xx/4xx/5xx.

Voici l’ensemble des commandes disponibles :

d          : switch l'affichage entre URLs/IPs source/Referrers
n          : switch l'affichage entre le nombre de requêtes et la répartition en codes HTTP 2xx/3xx/4xx/5xx
h or ?     : afficher l'aide
p          : (un)freeze l'affichage
q          : quitter
up/down    : sélectionner une ligne (affichage d'une '*' sur la ligne)
right/left : entrer/sortir dans les détails pour la ligne sélectionnées

DÉTAILS:
s:  TRI PAR:
        r) requêtes  R) reqs/sec  b) bytes  B) bytes/sec
        2) 2xx   3) 3xx   4) 4xx   5) 5xx

t:  AFFICHE DANS LE SOUS-MENU:
        u) urls  r) referrers  h) adresses IP source

f:  FILTRES:
        a) ajout d'un filtre c) suppression des filtres  s) montrer les filtres actifs
        a:  AJOUT D'UN FILTRE TYPE REGEX
                u) appliqué à l'URL  r) appliqué au Refferer  h) appliqué à l'adresse IP source

server-status

L’activation du server-status est utile pour une observation manuelle ou automatique.

<IfModule mod_status.c>
ExtendedStatus On
    <Location /server-status-XXXX>
        SetHandler server-status
        Include ipaddr_whitelist.conf
        Require ip 192.0.2.43
        Require ip 127.0.0.1
    </Location>
</IfModule>

Sauvegarde automatique du server-status

Placer le code suivant dans un fichier tel que /usr/share/scripts/save_apache_status.sh

#!/bin/bash

set -e

DIR=/var/log/apache-status
URL=http://127.0.0.1/server-status-XXXX
TS=`date +%Y%m%d%H%M%S`
FILE="$DIR/$TS.html"

mkdir -p $DIR
curl -s $URL > $FILE
chmod 640 $FILE
find $DIR -type f -mtime +1 -delete

exit 0

Si on veux le sauvegarder dans /var/www/ pour y acceder par le serveur web, on peux utilisé un script de ce type :

#!/bin/sh

DATE=$(date +%Y-%m-%d-%H-%M)
URL=$(grep -m1 "<Location.*server-status" /etc/apache2/sites-enabled/000-default.conf|awk '{ print $2 }'  |cut -d'>' -f1)

mkdir -p /var/www/apache-status
curl -Ls http://127.0.0.1${URL} > "/var/www/apache-status/${DATE}.html" && chmod 644 "/var/www/apache-status/${DATE}.html"
find "/var/www/apache-status/" -type f -mtime +4 -delete

Il sera ensuite appelé dans une tâche cron de root :

* * * * * /usr/share/scripts/save_apache_status.sh

Munin

Pour activer les plugins Munin pour Apache :

# cd /etc/munin/plugins
# ln -s /usr/share/munin/plugins/apache_accesses
# ln -s /usr/share/munin/plugins/apache_processes
# ln -s /usr/share/munin/plugins/apache_volume

Les plugins Apache pour Munin se base server-status, on configure ainsi via le fichier /etc/munin/plugin-conf.d/munin-node :

[apache_*]
env.url http://127.0.0.1:%d/server-status-XXXX?auto
env.port 80

Pour tester le bon fonctionnement des plugins Apache pour Munin :

# sudo -u munin munin-run apache_accesses

Ceci doit vous renvoyer une valeur du type accesses80.value 19372070. Si la commande vous renvoie U, vous avez un soucis d’accès à la page server-status, à vérifier via GET http://127.0.0.1:%d/server-status-XXXX?auto.

FAQ

Autorisation DirectoryIndex via .htaccess ?

Ajouter Indexes dans AllowOverride.

Autorisation directives mod_expires ou mod_caches via .htaccess ?

Ajouter Indexes dans AllowOverride.

Autorisation de rewrite rules (mod_rewrite) via .htaccess ?

Ajouter FileInfo dans AllowOverride et +SymLinksIfOwnerMatch ou +FollowSymLinks dans Options.

Autorisation Options via .htaccess ?

Si l’on modifie l’option php_admin_value memory_limit : un reload/graceful suffit pour prendre en compte la modification.

Exemple pour le AllowOverride :

AllowOverride Options=All,MultiViews Indexes AuthConfig Limit FileInfo

Authentification LDAP avec serveur LDAP en local

Quand on utilise l’authentification LDAP avec un serveur en local, il faut démarrer slapd avant de démarrer Apache, sinon celui-ci se plaint qu’il ne peut pas contacter le serveur LDAP, et bloque l’accès aux pages … (erreur 500).

Pour cela, dans le script d’init d’apache2 ajouter slapd dans la directive Required-Start:

# Required-Start:    $local_fs $remote_fs $network $syslog $named slapd

Supprimer les liens logiques et ré-générer les.

# insserv -r apache2
# insserv apache2

Page personnalisée lors code erreur HTTP

On peut ajouter une configuration générale à tous les vhosts afin de faire apparaître le contenu d’une page personnalisée selon le code de retour HTTP.

Pour cela on ajoute un nouveau fichier de configuration à l’intérieur de la racine apache, car cela concernera tout les vhosts.

/etc/apache2/error.conf :

ErrorDocument XXX /YYYYYY/page.html
Alias /YYYYYY /var/www/
<Directory /var/www/>
        Require all granted
        DirectoryIndex page.html
</Directory>

Remplacer XXX par le code erreur HTTP souhaité et YYYYY par le nom de Location souhaité (URL) - vu que global à tous les vhosts, prendre une chaîne aléatoire.

Ensuite, il suffit simplement d’ajouter le fichier dans la configuration générale d’Apache :

/etc/apache2/apache2.conf :

Include error.conf

Site web cassé en https avec un reverse proxy

Il est possible que l’application (joomla par exemple) pense qu’elle est accédée en HTTP à tort parce qu’en réalité c’est un reverse proxy qui fait la terminaison ssl. On peut indiquer dans le vhost

SetEnvIfNoCase X-Forwarded-Proto https HTTPS=on

Ainsi l’application saura qu’elle est accédée en HTTPS à condition que le reverse proxy soit bien configuré et envoie X-Forwarded-Proto.

Bloquer un User-Agent

On peut bloquer des bots faisant des requêtes non légitimes via :

RewriteEngine on
RewriteCond %{HTTP_USER_AGENT} python-requests.* [NC]
RewriteRule . - [R=403,L]

Bloquer certaines URI

Par exemple, pour retourner une 404 si on interroge /.git :

RedirectMatch 404 /\.git

Site avec accents cassés

Si vous avez des vieux fichiers sources (TXT, HTML), il est probable qu’ils utilisent l’encodage ISO-8859 au lieu d’Unicode. On peut alors forcer la reconnaissance de cet encodage (ajout de charset= dans l’entête HTTP Content-Type) via l’option AddDefaultCharset utilisable globalement, dans un VirtualHost, dans un Directory ou même un .htaccess si autorisé :

AddDefaultCharset ISO-8859-15

Note : si vous avez des fichiers PHP en ISO-8859, vous devrez forcer l’option default_charset de PHP :

php_value default_charset ISO-8859-15

php_value error_reporting

Pour régler la valeur PHP error_reporting par vhost, il ne faut pas utiliser les constantes PHP mais le masque binaire.

Extrait de http://php.net/manual/fr/errorfunc.constants.php : « Note: Vous pouvez utiliser ces constantes dans le fichier php.ini mais pas hors de PHP, comme dans le fichier httpd.conf, où vous devez utiliser les valeurs des champs de bits. »

Cela se calcule en partant de 32767 et en retirant les valeurs que l’on ne veut pas.

Exemples :

  • E_ALL et ~E_DEPRECATED et ~E_STRICT : php_value error_reporting 22527
  • E_ALL et ~E_DEPRECATED et ~E_STRICT et ~E_NOTICE : php_value error_reporting 22519

Ne pas logguer le query-string dans le access.log

On peut ajouter un nouveau format de log dans /etc/apache2/apache.conf et l’utiliser après dans les définitions de fichier de logs :

LogFormat "%h %l %u %t \"%m %U %H\" %>s %O \"%{Referer}i\" \"%{User-Agent}i\"" combinednoqtring

Proxy WebSocket socket.io

# a2enmod proxy_wstunnel
# Socket.io
RewriteRule /socket.io/websocket/ - [R=200,L]
ProxyPass /socket.io/socket.io.js http://127.0.0.1:8080/socket.io/socket.io.js
ProxyPassReverse /socket.io/socket.io.js http://127.0.0.1:8080/socket.io/socket.io.js
ProxyPass /socket.io/websocket ws://127.0.0.1:8080/socket.io/websocket
ProxyPassReverse /socket.io/websocket ws://127.0.0.1:8080/socket.io/websocket
ProxyPass /socket.io/ http://127.0.0.1:8080/socket.io/
ProxyPassReverse /socket.io/ http://127.0.0.1:8080/socket.io/
RewriteCond %{REQUEST_URI}  ^/socket.io            [NC]
RewriteCond %{QUERY_STRING} transport=websocket    [NC]
RewriteRule /(.*)           ws://127.0.0.1:8080/$1 [P,L]
ProxyPass         /  http://127.0.0.1:8080/
ProxyPassReverse  /  http://127.0.0.1:8080/

IncludeOptional génère une erreur quand le fichier n’existe pas !

C’est un comportement de Apache < 2.4.30 (Jessie, Stretch). La directive ne va pas générer d’erreur de syntaxe (contrairement à Include) si et seulement si, des jokers (comme *) sont utilisés.

A partir d’Apache 2.4.30 (Buster), IncludeOptional ne va pas émettre d’erreur de syntaxe dans ce cas particulier.

C’est expliqué dans la documentation d’apache

Un contournement si on souhaite vraiment inclure qu’un seul fichier qui peut ne pas exister :

IncludeOptional /etc/apache2/ssl/XXX.con[f]

J’ai activé HTTP/2, mais ça ne fonctionne pas :(

Malheureusement, Apache en mode prefork (ou itk qui est un dérivé du prefork) n’est pas adapté au fonctionnement du protocole HTTP/2. On peut notamment voir dans les journaux le message suivant :

# tail /var/log/apache2/error.log
Thu Oct 02 10:42:00.052627 2019] [http2:warn] [pid 9682] AH10034: The mpm module (prefork.c) is not supported by mod_http2. The mpm determines how things are processed in your server. HTTP/2 has more demands in this regard and the currently selected mpm will just not do. This is an advisory warning. Your server will continue to work, but the HTTP/2 protocol will be inactive.

Dans tous les cas, PHP n’étant pas compatible avec Apache fonctionnant en mode thread, il est nécessaire d’être en mpm prefork ou itk. Donc pas de HTTP/2 possible.

Too many open files

Si vous avez beaucoup de VirtualHosts, vous pouvez avoir des erreurs Too many open files ou même une erreur bizarre si vous utilisez du PHP : Fatal error: date(): Timezone database is corrupt - this should *never* happen!

Il faut alors augmenter la limite max open files d’Apache qui est par défaut à 8192.

Cela se fait via le fichier /etc/apache2/envvars :

APACHE_ULIMIT_MAX_FILES='ulimit -n 65536'

CORS Allow-Origin

Header set Access-Control-Allow-Origin "*"

NFS et Apache-ITK

Pout utiliser des montages NFS avec Apache-ITK (que nous utilisons par défaut), il faut désactiver l’option suivante :

EnableCapabilities off

Apache ajoute l’entête HTTP “Vary” inopinément

Lorsque vous évaluez une variable HTTP_USER_AGENT, certaines versions d’Apache (notamment celle de Debian 9) peuvent avoir la mauvaise idée d’ajouter un entête HTTP Vary: User-Agent.

Cela peut être une évaluation dans votre configuration Apache, votre VirtualHost ou même dans vos .htaccess

Exemple de configuration qui génère le comportement problématique :

Require expr %{HTTP_USER_AGENT} !~ /Nutch/

Cela pourrait s’appliquer aussi aux “Rewrite Rule” et à d’autres variables comme HTTP_HOST, etc.

Le bug semble corrigé dans les versions récentes d’Apache : https://bz.apache.org/bugzilla/show_bug.cgi?id=58231

La documentation Apache mentionne une fonction req_navary() qui permettrait d’empêcher ce comportement : https://httpd.apache.org/docs/2.4/expr.html#functions

Lien qui nous a mis sur la piste : https://www.nivas.hr/blog/2017/02/13/apache-sending-vary-host-making-things-uncacheable-varnish/